Et si les échecs étaient vos alliés pour réussir en affaires?

L’échec est un succès si nous en apprenons quelque chose.

Malcolm Forbes

Règle générale, on valorise peu les échecs dans la vie. Depuis l’enfance, on nous apprend surtout à voir nos erreurs et nos mauvais résultats comme des défaites. Toutefois, une des clés en affaires est de changer notre perspective à ce sujet.

Pour réussir, faites des échecs vos alliés. Envisagez la possibilité de faire des erreurs comme une occasion d’en apprendre encore plus et laissez-vous le champ libre pour expérimenter.

Cela vous semble étonnant? Faites le test!

Essayer et se tromper : un pas nécessaire vers le succès

Plusieurs entrepreneurs d’expérience et leaders reconnus vous le diront : pour atteindre vos objectifs, il faut d’abord tomber amoureux de l’échec. En apprenant à voir nos moins bons coups et nos tentatives ratées comme un apprentissage nécessaire, nous pouvons retirer le positif de ces expériences qui nous aident à nous améliorer et à nous dépasser constamment.

Vous tromper au début d’un projet, c’est aussi vous assurer que vous ne commettrez plus la même faute à l’avenir.

S’il fallait que vous vous limitiez en ayant peur de l’échec, vous perdriez plusieurs occasions d’apprendre de vos erreurs et de progresser. Ultimement, votre succès et votre aptitude à foncer dépendront de cette façon d’accueillir et d’embrasser les échecs, qu’il s’agisse d’une mauvaise décision d’affaires, d’un partenariat qui ne fonctionne pas ou d’une faillite.

Plus d’échecs pour plus de succès?

Le succès n’est donc pas l’envers de l’échec : réussir, c’est carrément cumuler les échecs, petits et grands.

C’était d’ailleurs la façon de penser de Thomas J. Watson, le premier président de la société IBM, qui disait : « Si vous voulez doubler votre taux de succès, vous devez doubler votre taux d'échec. » C’est aussi celle de Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, qui encourage les entrepreneurs à prendre des paris audacieux. Il prône l’échec comme une expérimentation bénéfique et nécessaire. Pensons aussi à Warren Buffett et Mark Zuckerberg qui valorisent également la prise d’initiatives nouvelles qui peuvent entrainer des échecs.

Autrement dit, ne visez pas le succès instantané. Au lieu d’essayer de ne jamais commettre d’erreurs pour bâtir votre crédibilité au plus vite, il pourrait être beaucoup plus avantageux d’échouer le plus rapidement et le plus souvent possible. Petit à petit, toutes ces expériences vous donneront l’occasion d’apprendre à réajuster le tir et d’essayer de nouvelles approches plus prometteuses, en vous améliorant à chaque fois.

Dépasser ses limites pour aller plus loin

Il peut être inquiétant de sortir des sentiers battus, car nous sommes moins bien outillés face à l’inconnu. Et si on prenait une mauvaise décision? Et si on perdait le contrôle de notre projet? Mais rappelez-vous que c’est en vous lançant et en acceptant vos erreurs que vous pourrez vous démarquer en affaires, pas en faisant du surplace. Déployez votre potentiel en vous donnant droit à l’erreur!

Vous dépasserez vos limites et découvrirez peut-être des qualités insoupçonnées qui sommeillent en vous.

La réussite en affaires dépend donc de notre aptitude à transformer l’échec pour nous dépasser : c’est là que se trouvent la gratification et le succès.

Peu importe le domaine dans lequel vous évoluez, savoir vous relever, ne pas vous laisser abattre après un obstacle, trouver des solutions et apprendre de vos erreurs sont des qualités essentielles des entrepreneurs audacieux qui réussissent.

En vous souhaitant un bon succès grâce à vos échecs!

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *